Clu Gulager, acteur de cinéma et de télévision robuste, meurt à 93 ans


Clu Gulager, un acteur robuste qui est apparu dans des films acclamés par la critique comme « The Last Picture Show » ainsi que dans des films d’horreur à petit budget, et qui a incarné de manière mémorable des flingueurs dans deux westerns télévisés, est décédé vendredi chez son fils John à Los Angeles. . Il avait 93 ans.

John Gulager a confirmé le décès. Il a déclaré que la santé de son père s’était détériorée depuis qu’il avait subi une blessure au dos il y a plusieurs années.

La beauté brute de M. Gulager et son éducation dans le Sud-Ouest ont fait de lui un naturel pour les westerns qui ont proliféré à la télévision dans les années 1950 et 1960. On le voit régulièrement dans ‘Wagon Train’, ‘Bonanza’, ‘Have Gun – Will Travel’ et d’autres spectacles.

Une apparition en tant que tueur à gages Mad Dog Coll dans « The Untouchables » en 1959 a convaincu le scénariste et producteur Sam People de lancer Mr. Gulager en tant que légendaire hors-la-loi Billy the Kid dans « The Tall Man », une série télévisée qu’il a planifiée sur l’amitié de Billy avec le shérif Pat Garrett. (Selon la plupart des témoignages, le titre faisait référence à l’honnêteté et à la franchise de Garrett, ainsi qu’au générique d’ouverture de la série dans lequel la longue ombre de Garrett s’étend devant lui.)

« Il est exactement ce que nous recherchions, un acteur avec un flair pour l’inhabituel », a déclaré M. Peeples dans un profil TV Guide de M. Gulager peu après la première diffusion de l’émission en 1960. donne à Billy une certaine profondeur psychologique. »

L’amitié entre l’homme de loi (joué par Barry Sullivan) et le voleur d’armes à feu a été romancée et grandement exagérée au cours des 75 épisodes de la série; de nombreux historiens pensent que le shérif Garrett a en fait abattu Billy en 1881. Leur rencontre fatale ne s’est jamais produite dans la série, qui s’est terminée brusquement en 1962.

M. Gulager a joué un personnage plus légitime dans « The Virginian », la première de trois séries western de 90 minutes des années 1960, mettant en vedette James Drury et Doug McClure. Le personnage de M. Gulager dans la série, Emmett Ryker, a été introduit dans la troisième saison de la série lorsqu’un homme riche a tenté de l’embaucher pour assassiner un éleveur. Bien qu’il ait refusé d’être un tueur à gages, il a été accusé d’avoir tué l’homme. Après avoir effacé son nom, Ryker a canalisé son penchant pour la violence au service de la loi.

Crédit…NBC, via Photofest

Dans la première scène de M. Gulager, Ryker était généralement imperturbable. Il est entré dans un saloon et, en quelques instants, a mis en colère un homme qui jouait aux cartes. Ryker a pointé son arme sur le joueur de cartes avant qu’il ne puisse se lever, mettant fin au conflit.

Quelques instants plus tard, un shérif adjoint a demandé à Ryker où il avait appris à dessiner comme ça.

« Dans le berceau », répondit-il.

La carrière d’acteur de M. Gulager, qui a duré jusqu’au 21e siècle, n’a pas été reléguée à la frontière. Il est apparu dans des émissions de télévision non occidentales, notamment « Alfred Hitchcock Presents », « Knight Rider » et « Murder, She Wrote », ainsi que dans plusieurs films notables.

Lui et Lee Marvin ont joué des tueurs à gages dans « The Killers », un film noir de 1964 réalisé par Don Siegel et basé sur une nouvelle d’Ernest Hemingway qui mettait également en vedette Angie Dickinson, John Cassavetes et, dans ce qui s’est avéré être son dernier film, Ronald Reagan.

En 1969, il joue un mécanicien dans « Winning », un film sur la course automobile avec Paul Newman et Joanne Woodward. Il a joué un homme plus âgé qui a une liaison avec la belle-fille de son amant dans « The Last Picture Show », la célèbre étude de Peter Bogdanovich de 1971 sur une ville du Texas en déclin.

Il était également dans des films moins chers, comme la parodie de blaxploitation de Keenen Ivory Wayans « I’m going to Git You, Sucka » (1988) et les films d’horreur « The Return of the Living Dead » et « A Nightmare on Elm Street 2 » (tous deux 1985).

Son travail cinématographique s’est poursuivi dans ses dernières années, y compris des rôles dans des productions indépendantes »Mandarin (2015) et Blue jay (2016). Sa dernière apparition à l’écran a été en tant que commis de librairie dans « Once Upon a Time… in Hollywood » de Quentin Tarantino (2019).

M. Gulager a quitté la distribution de « The Virginian » en 1968 pour se concentrer sur la mise en scène et l’enseignement. (L’émission est restée en ondes jusqu’en 1971, devenant le troisième western le plus long de l’histoire de la télévision, après « Gunsmoke » et « Bonanza ».) Sa carrière de réalisateur s’est effondrée après le court-métrage. « A Day With the Boys » en 1969, mais il est devenu un professeur populaire, runnun atelier axé sur le jeu d’acteur et la réalisation de films d’horreur.

« Je dis aux jeunes étudiants de ma classe que ce que nous faisons est aussi important que le travail d’un homme qui cultive du blé, du médecin qui sauve des vies, de l’architecte qui construit des maisons », a-t-il déclaré. il a déclaré dans un communiqué de presse d’ABC avant de jouer. dans le téléfilm « Stickin’ Together » en 1978. « Ce que nous faisons, dans nos meilleurs moments, c’est fournir à l’humanité de la nourriture pour l’esprit. »

William Martin Gulager est né à Holdenville, Oklahoma le 16 novembre 1928. Il disait souvent qu’il faisait partie des Cherokees; le nom Clu vient de « clu-clu », un mot cherokee pour les oiseaux, connu en anglais sous le nom de martins, qui nichaient à la maison Gulager.

Son père, John Delancy Gulager, était un acteur et vaudevillien qui est devenu juge de comté à Muskogee, Oklahoma et lui a enseigné le théâtre à un âge précoce, bien avant d’obtenir son diplôme de Muskogee Central High School. Sa mère, Hazel Opal (Griffin) Gulager, a travaillé à l’hôpital VA local pendant 35 ans.

M. Gulager a servi dans les Marines des États-Unis de 1946 à 1948 avant d’étudier le théâtre au Northeastern State College en Oklahoma. et l’Université Baylor à Waco, au Texas. Il poursuit ses études à Paris, où il étudie avec l’acteur Jean-Louis Barrault et le mime Etienne Decroux.

Il a épousé Miriam Byrd-Nethery, et ils ont joué dans le théâtre d’été et le théâtre universitaire. En 1955, les deux étaient dans une production de la pièce « A Different Drummer » dans la série télévisée « Omnibus ». Il a continué à se produire à New York jusqu’en 1958, lorsque les Gulagers et leur fils en bas âge, John, ont déménagé à Hollywood.

L’épouse de M. Gulager est décédée en 2003. Outre son fils John, les survivants comprennent un autre fils, Tom, et un petit-fils.

John Gulager est un réalisateur de films d’horreur, notamment le sanglant « Feast » (2005), avec Henry Rollins et Balthazar Getty. Ce film et ses deux suites ironiques mettaient également en vedette l’ancien M. Gulager dans le rôle d’un barman armé d’un fusil de chasse combattant des monstres à crocs dans une taverne du Midwest. Le deuxième film « Feast » était encore plus une affaire de famille.

« Vous savez, il y a trois générations de Gulagers dans ce film », a déclaré John Gulager au blog Horror-Movies.ca dans une interview. L’un d’eux, nommé d’après Clu l’Ancien, était le petit-fils de Clu Gulager.

« Il avait 11 mois quand nous l’avons filmé », a ajouté John Gulager. « Mon père m’a dit : ‘Nous devons commencer la carrière de Baby Clu maintenant.’

Christine Chung a contribué au reportage.

Lien source

Related posts