Le Next Wave Festival de BAM revient avec une production d’Ivo Van Hove


Le directeur artistique de la Brooklyn Academy of Music, David Binder, qui programme les 13 spectacles du Next Wave Festival, mélange « une lumière incroyable » et l’obscurité, a-t-il déclaré.

Il s’agit de la première édition en personne du festival depuis 2019 et elle se déroulera du 28 septembre au 22 décembre. Le point culminant sera la première américaine de l’adaptation théâtrale du roman de Hanya Yanagihara « A Little Life » (20-29 octobre) – un conte sur le passage à l’âge adulte de quatre jeunes hommes qui comprend des représentations d’automutilation, de violence domestique, de maltraitance d’enfants et de suicide.

« Il y a de l’optimisme et il y a des choses qui parlent du monde difficile dans lequel nous vivons tous », a déclaré Binder lors d’un entretien téléphonique mercredi. « Je pense donc qu’il s’agit d’un morceau de toute cette mosaïque. »

La production d’Ivo van Hove du roman de Yanagihara, lauréat du prix Kirkus, qui doit être présenté en néerlandais avec sous-titres anglais à l’opéra Howard Gilman de BAM, dure un peu plus de quatre heures et dispose d’un écran vidéo en direct pour montrer de grands plans de moments angoissants, comme un personnage se brûlant le bras – et versant du sel dans la plaie. (Yanagihara est le rédacteur en chef de T: The New York Times Style Magazine.)

« C’est une production extraordinaire qui interpelle le public », a déclaré Binder, qui a assisté à la première mondiale à Amsterdam en 2018. « Un peu comme toute la saison. »

Même si c’est long, il a dit : « Je vous garantis que cela vous retient à chaque instant. »

Ce n’est que le deuxième festival Next Wave que Binder, qui a commencé en tant que directeur artistique de BAM en 2018, a programmé, après l’annulation des événements de 2020 et 2021 en raison de la pandémie. Il a déclaré au New York Times en 2019 que son objectif pour le premier événement serait de « faire avancer les choses en ajoutant un tout nouvel ensemble d’artistes », et cet objectif se poursuit cette année, avec 13 programmes créés dans huit pays mettant en vedette la danse, la musique et le théâtre. Neuf des 13 artistes et compagnies se produisent pour la première fois au BAM.

« C’était notre principe directeur », a-t-il déclaré cette semaine, « de couvrir beaucoup de terrain avec beaucoup de nouveaux artistes internationaux. »

L’un des interprètes de retour est le metteur en scène allemand Thomas Ostermeier, dont la production mouvementée de « Hamlet » de Shakespeare montera sur la scène du Harvey Theater de BAM cet automne (27 octobre-5 novembre). Dans la mise en scène d’Ostermeier, Ophélie et Gertrude sont jouées par le même acteur – comme beaucoup d’autres personnages ; la pièce n’a que six interprètes. (The Guardian a qualifié la production à Berlin, qui mélangeait musique pop et spectacles de drag avec des duels, de « hilarant drôle et effrayante consciente de soi ».)

La prochaine étape au Harvey sera la première américaine de la pièce de danse de carnaval de la chorégraphe brésilienne Lia Rodrigues « Encantado », dont le titre fait référence aux esprits guérisseurs – les encantados – et qui comprend 100 couvertures colorées transformant la scène (8 -9 novembre). Pendant ce temps, à l’Opéra Howard Gilman, une autre pièce de danse, la concoction onirique du metteur en scène et chorégraphe grec Dimitris Papaioannou « Transverse Orientation », combinant chorégraphie expérimentale et picturale avec la musique de Vivaldi, sera créée à New York, du 7 au 11 novembre.

Ensuite, la scène principale passe à l’opéra avec la première américaine de « Trojan Woman » d’Ong Keng Sen, un opéra coréen bizarre sur la tragédie grecque (18-19 novembre). La production, interprétée en coréen avec des sous-titres anglais, fusionne la forme traditionnelle coréenne de narration musicale pansori avec la musique K-pop. (Le compositeur « Parasite » Jung Jae-il a composé la musique en collaboration avec le célèbre maître coréen du pansori Ahn Sook-sun.)

Binder a également programmé des œuvres aux États-Unis, y compris une performance hip-hop orchestrale du producteur et rappeur de Los Angeles Flying Lotus, du compositeur et DJ Miguel Atwood-Ferguson et du Wordless Music Orchestra qui est présenté comme une interprétation de leur Hollywood Bowl. performance à Los Angeles cet été (6-7 octobre).

Le festival devrait se terminer par une installation immersive de l’artiste électronique interactif Andrew Schneider, basé à Brooklyn, dont la première mondiale de « NOWISWHENWEARE (the stars) » à BAM Fisher pourrait être la plus proche d’un New-Yorkais. Clear Sky Stargazing (29 novembre – 22 décembre). Les visiteurs entreront dans un espace complètement sombre et seront guidés par une voix invisible alors que 5 000 points de lumière programmés, qui, selon l’artiste, sont inspirés par la salle des miroirs « infinis » de Yayoi Kusama, répondent à chacun individuellement.

La saison comprend également la première américaine de BLa production sans paroles du collectif de théâtre elgian FC Bergman « 300 el x 50 el x 30 el » (28 septembre-1er octobre), qui suit les habitants d’un petit village effrayés par une catastrophe. imminent. . (Le titre fait référence aux dimensions de l’Arche de Noé.) La chorégraphe argentine Constanza Macras présentera « Open for Everything », qui met en valeur les Roms contemporains, au Harvey (5-8 octobre). La violoniste Jennifer Koh, lauréate d’un Grammy, et l’œuvre musicale mise en scène « Everything Rises », lauréate d’un Grammy, et son œuvre musicale « Everything Rises », qui vise à « remplacer les slogans abstraits et les déclarations inertes sur la diversité par l’expérience vécue et l’engagement direct », seront présentées à BAM Fisher (du 12 au 15 octobre).

Lien source

Related posts